lundi 3 novembre 2014

Vivre ses émotions avec son corps : les leçons que j’en ai tirées

Comme je suis (aussi) une mère, j’ai tiré de cette expérience quelques idées d’accompagnement des enfants.
Ma formidable colère, celle que j’ai exprimée avec mes pieds, elle n’a duré que 2 mn. Or, je ne crois pas avoir jamais autorisé un de mes enfants à exprimer sa colère plus de trente secondes… forcément, j’avais tellement peur que ça réveille la mienne !
Quant à la tristesse, j’ai pu mesurer combien il était important de ne pas être consolé. Si quelqu’un m’avait prise dans ses bras, m’avait susurré « chut » à l’oreille, m’avait encouragé, avec bienveillance, à cesser mes pleurs (toutes choses que j’avais tendance à faire avec mes enfants, pas vous ?), je n’aurais pas vidé mon sac. Je n’aurais pas atteint l’état de sérénité et de gratitude, la paix qui a été le grand cadeau de cette expérience.

L’an dernier, en lisant le livret scolaire de mon petit dernier, qui était en première année de maternelle, j’ai vu qu’il y avait une ligne « contrôle ses émotions ».
Une des  « compétences » à acquérir à l’école est le contrôle de ses émotions. Horreur ! Tu m’étonnes qu’on finisse en masse par avaler des antidépresseurs !
Avant de vivre cette expérience, je me disais que ce n’était vraiment pas cool, cette histoire de contrôler ses émotions à l’école, mais que c’était nécessaire pour la bonne marche de la classe. Vous pouvez traduire en adulte et remplacer « école » par « vie quotidienne » ou « travail » et « classe » par « société », ça marche tout pareil.
Résignation…

Aujourd’hui, je pense différemment. Si on autorisait les enfants (ça vaut aussi pour les adultes) à exprimer leurs émotions dans un cadre adapté, je pense que la vie collective serait plus aisée. Sans parler de la vie intérieure de chacun !
Bon, évidemment, emmener la classe hurler à la lune, ce n’est pas forcément simple ! En revanche, il existe des tas de petits exercices de yoga et de qi gong qui permettent de faire circuler tout ça.
Ben oui, pas besoin d’attendre que le vase soit plein pour le vider !

Alors, voilà, aujourd’hui, je choisis de laisser mes enfants exprimer leurs émotions.
Je vous tiens au courant dans quelque temps, d’accord ?

1 commentaire: