samedi 28 septembre 2013

Voir au-delà des apparences

Il y a quelques jours, je me suis dit que cela faisait longtemps que je n'avais pas partagé un conte avec vous… et voilà qu'hier soir, je lis cette "vieille histoire chinoise" :

C'est celle d'un roi qui avait un écuyer très âgé. Cet écuyer, qui a toujours su lui choisir les meilleurs chevaux, lui dit un jour :
« Seigneur, je veux arrêter mon travail. Je suis trop vieux et plus capable de m'occuper de vos chevaux.
« - Connais-tu quelqu'un qui pourrait te remplacer ? lui répond le roi.
« - Seigneur, j'ai entendu parler d'un jeune écuyer remarquable mais je ne le connais pas. Peut-être pourrait-on lui demander de vous choisir un cheval pour voir s'il est digne de vous servir ?
« Le roi accepte et charge le jeune écuyer de lui trouver une nouvelle monture. Trois mois plus tard, le jeune écuyer se présente à la cour du roi :
« - Seigneur, j'ai trouvé un cheval merveilleux. Il est calme, racé, léger et fend l'air sans aucun bruit. Le jeune écuyer indique l'endroit où le trouver puis hésite avant d'ajouter : Il est bai, je crois.
« - Que l'on m'amène ce cheval ! dit le roi.
« Ses serviteurs partent et reviennent deux jours plus tard, bredouilles :
« - Seigneur, nous n'avons pas trouvé le cheval bai. Il y en avait un mais il était noir.
« Le roi se tourne vers le vieil écuyer :
« - Tu te moques de moi. Comment ton jeune écuyer pourrait-il travailler auprès de moi ? Il ne peut même pas se rappeler la couleur d'un cheval !
« Le vieil écuyer réfléchit alors quelques instants et dit au roi :
« - Maintenant, je suis sûr que ce jeune écuyer est meilleur que moi. Il voit l'essentiel et ignore l'accessoire. »

Conte tiré de La rivière et son secret, Zhu Xiao-Mei (Paris, Robert Laffont, 2007, 2013, Documento).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire