mardi 21 juillet 2015

J'expérimente le flux instinctif (1/?)

J’ai déjà parlé des règles dans ce blog, ici et .
J’y reviens, et cette fois de façon plus « technique » - tout ça pour vous dire que si vous n’êtes pas une femme entre la puberté et la ménopause, ou si vous n’avez pas une fille dans cette période, vous pouvez passer votre chemin.
Ami lecteur, ne boude pas ! Je continue à t’aimer, c’est juste que là, ça va te barber. Si, si, je t’assure. ;-)

Bon, j'ai un peu galéré, pour l'image. Comment montrer un truc qu'on n'utilise pas ? Du coup, je vous ai mis une fleur de mon jardin :-)


Cela fait plusieurs mois que je tombe périodiquement et « par hasard » sur des articles parlant du flux instinctif, et que je les lis.
La première fois, j’étais carrément sceptique. Un truc de fou ! Euh… de folle !
Et puis, j’en ai lu d’autres…

Du coup, voilà où j’en étais sur le sujet :
Pour :
- Économiser le coût des protections hygiéniques, OK !
- Ne pas introduire de tampons traités à je-ne-sais-quoi dans mon corps, OK. Ça fait bien longtemps que je ne le fais plus, car j’ai une Moon Cup (J’ai bon, là ?! Hein ! J’ai bon ?!!!)
- Écouter mon ressenti, mmmmmmouais… (dubitative).

Contre :
J’ai accouché trois fois, alors t’as qu’à voir l’état de mon périnée (imparable !).

Mais, au fait, c’est quoi le flux instinctif ?
C’est quand on a ses règles, et qu’on ne met pas de protection hygiénique. Que le corps retient le flux, et le libère quand on va aux toilettes. Ouaip ! Ça existe !

Ben oui, en gros, c’est comme pour le pipi.
Quand on y pense, c’est bête ! A deux ans, on apprend à se retenir de faire pipi jusqu’à trouver un endroit adéquat pour faire dedans - le pot, Maman trouve ça adéquat ; le tapis du salon, non ; OK, il vaut mieux que j’arrive à me retenir jusqu’au pot, elle sera contente.
Et quand on est une fille de 11, 12, 13, 14… ans, qui sait parfaitement se retenir de faire pipi jusqu’aux toilettes, on apprend qu’on devra porter des couches toute sa vie, enfin jusqu’à ce que ça s’arrête… quand on sera trèèèèèèèès vieille (50 ans, à cet âge-là, c’est Mathusalem). Mais on a de la chance, ces couches sont très bien faites, certaines sont même invisibles et sentent bon - enfin, ça, c’est une question de point de vue !
Et vous savez quoi ? Eh ben ça ne donne pas très envie. On se dit qu’on aurait mieux fait d’être un garçon - parce qu’on ne sait pas encore qu’ils doivent se raser tous les jours !

Après 30 ans de règles - ehhhhhhh oui ! -, voilà où j’en suis.
J’ai compris, j’ai ressenti dans mon corps, que le cycle est un cadeau inestimable de la vie, et que les règles permettent un nettoyage énergétique chaque mois - oui, le nettoyage émotionnel fait partie du pack ! C’est le bonus, même ;-).

Mes étapes dans le flux instinctif
* J’ai d’abord commencé, pendant plusieurs cycles - ah ben oui, faut pas être pressée, c’est ça le yin ! - à porter des serviettes hygiéniques, afin de retrouver les sensations de l’écoulement du flux - je vous avais prévenue, c’est technique !
Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ?
- Là, ça coule ! Ah oui ! Je le sens !
- Ah ben ça veut dire, alors, que ça ne coule pas tout le temps. Ça, c’est une info que je n’avais pas, parce que je n’y avais jamais fait attention.

* Parallèlement, j’ai fait tout un chemin pour me recentrer sur mes sensations, sur les sensations que je percevais avec mon corps, à l’intérieur de mon corps. J’ai arrêté de penser que mon corps était nul, moche, gros, vieillissant - déjà ! -, pas performant, je vous en passe, et des meilleures, et donc qu’il n’avait pas voix au chapitre.
Pour ça, rien de plus simple : il suffit de lui prêter attention. Au début : rien. Nada. Silence.
Il faut dire, 40 ans qu’il n’était pas écouté, alors… Je me demande s’il ne boudait pas, un peu. - On dirait toi, ami lecteur ! Ah ben non, c’est vrai, tu n’es pas là !
Et puis, oh ! Un murmure ! Un frisson ! Un appel à un endroit !
Je t’entends… Je t’écoute… Oui, continue à me parler !

* Ensuite, un jour - il y a quelques jours de cela - je me suis sentie prête à essayer. Les règles qui arrivent et plus de protection hygiénique à la maison, pas le temps et pas l’envie d’aller en acheter.
Allez ! Je me lance !
J’ai donc mis un protège-slip - courageuse, mais pas kamikaze ! - et voilà.
Mon attention est un peu focalisée sur mes sensations au niveau du périnée. J’imagine que ça devait être le cas, quand j’ai appris à faire pipi dans le pot !
Je vais aux toilettes dès que je sens une « envie ». Ce n’est pas comme une envie de faire pipi, et en même temps, ça y ressemble un peu.
Comme je suis une débutante en la matière - et que mon périnée est celui d’une femme qui a accouché trois fois - je ne vous cache pas qu’il y a des petites fuites.
Pour me challenger un peu, j’ai décidé de changer le protège-slip à chaque fois, comme ça, je mesure l’ampleur du « loupé ». Rien de catastrophique jusque-là ;-)
Et puis, je sais qu’il peut y avoir des « loupés », et que ça n’est pas grave. Que c’est comme ça qu’on apprend.

Et la nuit, me direz-vous ? Alors là, c’est le plus intéressant.
La première nuit, j’ai mis la dernière serviette - taille « Normal » - qui me restait. Elle a servi. Merci.
La deuxième nuit - en temps normal, la plus « productive » pour moi - j’ai mis un protège-slip - il ne me restait plus que ça - et une serviette éponge sur le lit. Eh bien, j’ai expérimenté cette vérité : mon corps est mon plus merveilleux allié. Rien sur le protège-slip et tout dans les toilettes quand je me suis levée.
Dois-je vous préciser que je n’ai pas fait pipi au lit non plus ? - ça, c’était la petite réflexion taquine à destination des sceptiques.

Bon, cette semaine, j’étais toute seule, je ne suis pas trop sortie et j’ai travaillé à la maison. Ça aide, pour commencer.
Mon ressenti, pendant cette première expérience, c’est une forte connexion à ma puissance !!!!! Je reprends ma puissance ! Je ne laisse pas mon pouvoir dans les mains - c’est une expression - d’une protection hygiénique dont je sais très bien - parce que cela est déjà arrivé, la HONTE !!!!!! - qu’elle peut être défaillante.
Et rien que ça, je te le dis, ami lecteur - ah ben, tu es revenu ? - c’est BON !

1 commentaire:

  1. C'est vrai que sur le principe ce n'est pas bête mais j'avoue que depuis que je suis passée à la Moon cup. je m'en fiche un peu puisque plus de problème d'achats de serviettes, ni de débordement intempestif … C'est juste cool.
    Alors, pourquoi pas ? mais je ne suis pas prête, c'est clair !

    RépondreSupprimer