jeudi 23 avril 2015

Sésame, ouvre-toi

Longtemps, j’ai été sur mes gardes face aux autres.
Question d’éducation, de caractère, d’expériences mal vécues. Un peu de tout ça sans doute.
Je me méfiais de tout, et de tout le monde.
La moindre remarque (même pas forcément désobligeante) sur mon travail ou sur l’éducation de mes enfants me mettait plus bas que terre.
Le moindre soupçon (de loin… de très loin…) de concupiscence me glaçait les sangs.
Résultat, j’allais dans le monde bille en tête (et bonjour les dégâts !) et souvent, je me fermais comme une huître en prenant un air vexé.

Mais ça, c’était avant ! ;-)

Avant l’atelier de dimanche dernier. 
Quel atelier ? L’atelier ECC bien sûr ! (Je ne me lasse pas de ces moments magiques. Merci Salima ! Merci Lourdes ! Et toutes les participantes.)

Le thème était « ma protection » et le message de ma page (ce que je me dis à moi-même à travers ma création) : « Ouvre-toi. Tu es en sécurité si tu es toi-même. »


photo © Aurélie B
Vous l'aurez compris, cette image
est à regarder avec votre cerveau droit ;-)

Maintenant que j’ai quelque expérience, je regarde ma vie avec curiosité et gourmandise après chaque atelier ECC pour en mesurer les effets.
Alors voilà ce que j’ai mesuré cette fois-ci :


Depuis que je passe du temps auprès de la belle, la somptueuse, la lumineuse (vous l’aurez reconnue !) abbatiale de Pontigny - cela fait un an maintenant - je rencontre des gens.

Ça avait commencé très fort lors de mon premier séjour
Et ça a continué.
J’ai rencontré un archéologue passionné et passionnant, un masseur aux mains maternantes, une lumineuse praticienne en shiatsu, un artiste à l’humour corrosif, un théologien incarnant l’accueil inconditionnel, un photographe dompteur de tigres (il a réussi à m’approcher avec un objectif… si, si ! :-) ), un merveilleux artiste caché derrière un ours mal léché (en cours d’apprivoisement)... et je sens bien que ce n’est pas fini !


photo © Arnaud CPhoto
En plus, comme ça, les curieuses
voient ma nouvelle robe faite main ;-)
Comment ?
Eh bien tout simplement en m’ouvrant à la possibilité d’une rencontre. Dans le cœur.
Ah, et aussi, parfois, en prenant mon téléphone ou en faisant un pas pour engager la conversation ;-) (« Aide-toi, le ciel t’aidera ! »).

Alors bien sûr, je te le concède ami lecteur, le monde n’est pas rose et je tombe parfois sur des oursins.
Ces rencontres sont suffisamment rares, toutefois, et les autres suffisamment riches pour m’engager à continuer dans cette voie.

Là où avant j’aurais vu un loup qui m’aurait fait changer de trottoir, soit par peur, soit par désintérêt, je découvre aujourd’hui des trésors dans des endroits invisibles au premier regard (celui du jugement).

Alors, voilà, j’ai très très envie de dire MERCI à la vie de m’offrir tant de cadeaux alors que j’ai tout juste commencé à entr’ouvrir la porte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire