dimanche 11 mai 2014

Le droit de faiblir

En ce moment je relis L'Île des gauchers d'Alexandre Jardin.
Pourquoi ?
Parce qu'il est tombé de la bibliothèque alors que je passais avec élan l'aspirateur dans le couloir. Je me suis donc demandé ce que ce livre avait à me dire… et pour le savoir, quoi de mieux que de le relire !

Ce livre raconte l'histoire d'un homme, Lord Cigogne, qui part s'installer avec sa famille sur une île où l'on se consacre à l'art d'aimer. Après plusieurs années de mariage, il s'est en effet rendu compte qu'il éprouvait de la passion pour sa femme, mais pas un véritable amour.
Le livre raconte donc sa quête personnelle.
Bref, un bon livre à lire en pleine crise de la quarantaine (ça doit marcher aussi pour la cinquantaine !)

Toujours est-il que mon cher Lord Cigogne est bien courageux, qu'il avance, qu'il est tenace, qu'il se réjouit de chaque pas fait sur son chemin mais que, parfois, il a un petit coup de mou. Il se demande ce qu'il vient faire dans cette galère. Il se prend à regretter sa vie pépère d'avant, celle où il ne se posait pas de questions, où ses charentaises écossaises étaient confortables et douillettes, où son cœur était bien à l'abri derrière son armure…


photo © Aurélie Baconnet
Eh bien, vous savez quoi, moi ça me fait du BIEN de lire ça !!! Oui, on a le droit d'avoir des coups de mou ! Oui, on a le droit de se demander quand on va arrêter d'être secoué comme un cocotier ! Oui, on a le droit de faiblir !

Et si on accepte de se regarder à ce moment-là avec bienveillance, eh bien, mes amis, on a alors fait un très grand pas !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire